13 juin: Commerciaux, personnels de l’enseigne

POUR NOUS FAIRE ENTENDRE !

Les pressions managériales n’ont jamais atteint un tel niveau ; lettres déplacées de Directeurs de Vente, flicage lors des entretiens vente, propos inacceptables, baisse des notations. Et n’ayons pas peur des mots ; le harcèlement de certains hiérarchiques pourrit notre quotidien.

Et que dire de nos conditions de travail et de vie qui se dégradent depuis longtemps et qui se dégraderont encore, avec l’ouverture du samedi après-midi, dans un premier temps. Cette ouverture est même présentée comme une évolution dans nos métiers… chantage à la clé, bien sûr.

Que dire aussi du commissionnement 2009 qui pourrait fondre comme neige au soleil ou beurre dans la poêle (choisissez ce que vous préférez). Qu’advient-il de nos chères étoiles avec le changement de formule ?

Que penser des inégalités de traitement d’une direction à une autre, d’un groupement à un autre, d’un bureau à un autre et même d’un agent à l’autre

Allons-nous laisser durer cette situation ?

Que dire encore d’une direction qui s’assoie sur les règles et le dialogue social, méprisant ainsi le personnel.

Nous déposons un PRÉAVIS DE GRÈVE LE 13 juin 2009, afin de montrer à cette direction que vous n’êtes pas des moutons, juste bons pour vendre.. Ne restons pas les bras croisés à attendre de nous faire lyncher sur l’autel de la rentabilité à tout prix.

GUICHETIERS,CAISSIERS COMPTABLES, ENCADRANTS

Nos emplois sont en danger et la menace est de taille

Fusions terrains, nouveaux Règlements Intérieurs ingérables, travail le samedi après-midi, vente de produits en tout genre, BRASMA, briefs, débriefs, visites mystères, objectifs incohérents, et maintenant modulation du temps de travail…

Des boutiques, des îlots, des automates en embuscade et pourquoi pas open bar tant qu’on y est, champagne pour tout le monde YOUPI ! ! !

TROP C’EST TROP !

SAMEDI 13 juin DISONS NON A NOTRE DIRECTION

  • Le respect des règles RH, ce qui serait un minimum tout de même.
  • Une réévaluation de nos grades en fonction de nos nouveaux métiers.
  • Des frais de déplacements cohérents.
  • Des tickets restaurant qui ne ressemblent pas à une obole,
  • Le respect humain qui nous est dû.