13 suicides entre janvier 2007 et juillet 2008

Ils s’appelaient Roger †2007 – Ardennes, Hervé †2007 – Ardennes, Serge †2007 – Creuse, Georges †2007 – Côte d’Armor, Paulette †2007 – Hérault, Martine †2007 – Hérault, Patrick †19 février 2008 – Indre et Loire, Robert †17 mai 2008 – Bas Rhin, André †19 mai 2008 – Eure, Jean Marc †24 mai 2008 – Meurthe et Moselle, Éric †29 mai 2008 – Vendée, Christian †30 mai 2008 – Eure, Jean Michel †2 juillet 2008 – Aube.

Ils travaillaient à France Télécom.

Ils se sont donné la mort, par pendaison, par immolation, par balle, par noyade, sous un train…

Sur les 13 suicides recensés depuis janvier 2007, 6 collègues sont décédés depuis mai 2008.

Humainement, nous ne pouvons plus rester sans s’interroger, sans rien dire, sans rien faire.

Confronté à cette situation, France Télécom, avec son arrogance, son mépris habituel, rejette sa responsabilité en argumentant qu’il ne s’agit que de problèmes personnels et familiaux.

Notre objectif n’est pas de polémiquer. Nous ne sommes ni médecins ni psychologues.

Mais rien ne prouve non plus que la politique de rentabilité de France Télécom : suppressions d’emplois (60 000 depuis 10 ans, dont 22 000 entre 2006 et 2008 ; 10 000 programmées jusqu’en 2011), restructurations, mobilités fonctionnelle et géographique, méthodes de management, harcèlements, mises au placard, dégradations des conditions de travail, ne soit pas déclencheur de ces actes désespérés.

Ce constat est accablant, inquiétant.

Inquiétant, car nous n’avons pas recensé les suicides antérieurs à 2007, les tentatives de suicides, les congés longues maladies pour dépression, les grèves de la faim, les actes de violences envers les matériels et les supérieurs, les démissions…

Aujourd’hui, dans tous les services, quels agents ne côtoient pas de telles situations dramatiques ?

La médecine du travail, les CHSCT, les syndicats, les agents font ce qu’ils peuvent pour repérer, signaler, accompagner ces collègues en détresse. Mais en ont-ils réellement les moyens ?

Est-ce suffisant devant ce raz de marée, ce « tsunami » du mal être, mal travailler, mal vivre à France Télécom ?

Nous en doutons !!!

Pourquoi ne pas travailler sur les causes de ce mal être aux effets dévastateurs liés à la politique de France Télécom.

Nous avons appris au cours de notre recherche que des médecins du travail démissionnent devant l’autisme voire l’irresponsabilité de France Télécom.

Pour avancer sereinement sur ce dossier, nous demandons un audit à France Télécom sur les évolutions des conditions de travail, d’hygiène et de sécurité durant les 10 dernières années, et, que dans cet audit, les médecins de travail soient entendus, dans le plus strict anonymat, pour éviter les pressions, les censures de la part de la direction.

Pouvons -nous encore accepter de banaliser de tels actes de détresse, au regard du témoignage d’un de nos collègue dernièrement disparu ?

Texte intégral sans les identités mentionnées :

…, Voilà enfin la fin d’un long calvaire. J’en pouvais plus tu sais d’être dans cet enfer à passer des heures devant un écran comme un vrai pantin mécanique devant l’acharnement de certains à nous laisser crever comme des chiens.

Cette bande de charognards m’a vraiment poussé à bout. Si seulement mon geste pouvait servir à quelque chose, mais j’en doute, c’est plus la politique actuelle. Ça fera toujours un de moins.

Si tu pouvais en parler autour de toi ou faire remonter, que les autres sachent et se rendent compte combien cette bande d’irresponsable est prête à tout pour faire partir les gents, voire les laisser crever comme ca été le cas ailleurs.

Je te joins les copies des autres courriers envoyés pour certains à toute cette bande (sauf …..qui étais la seule humaine)….. ;….., ….., ….. , …. . Plus des documents qui montre bien leur acharnement à ne rien vouloir faire. (certificats médicales par exemple)

Merci pour tout ce que tu essais de faire sans grand résultats malheureusement, mais tu n’y peus rien, ils n’ont plus aucuns sentiments.

Pardonne moi d’avoir baissé les bras et encore merci….