Conflit d’Annecy CDIS: 4 jours à 80% gagnants

La mise en place de Facteur d’Avenir à Annecy CDIS se traduisait par 14 tournées supprimées sur 65 et 18 positions de travail de moins.

Le 13 octobre 2009, les factrices, facteurs d’Annecy se mettent en grève sans préavis à 80 % jusqu’au 15 octobre où ils poursuivent leur lutte sous couvert d’un préavis déposé par SUD.

Après 4 jours de lutte dans la rue animée chaque le matin par une manifestation accompagnée de klaxons, batteries, clairons… devant la DOTC et à travers la ville, rencontre avec les maires, la presse, France 3.

Après des négociations quotidiennes, où les propositions de la DOTC ne sont pas satisfaisantes pour le personnel, les factrices, facteurs d’Annecy, Cran Gevrier et Meythet obtiennent le 17 octobre avant la reprise : la conservation de 59 tournées sur 65, soit 8 tournées en moins au lieu des 14 tournées prévues initialement.

Dès le premier jour du conflit la DOTC mettait en place une structure parallèle au CTED en embauchant 30 CDD, des Cadres, et en faisant pression sur des agents de la DOTC en évoquant la réquisition ou la désignation, (la DOTC se prenant pour la Préfecture) pour casser la grève, ces chantres de la qualité de service, ont démontré sur le terrain, comment l’appliquer : recommandées avisés d’office, nombreuses réclamations…

Pour les futures réorganisations la Cgt propose que celles-ci reposent comme base de discussion ou de négociation sur l’Accord de 1999 , comme l’a rappelé le tribunal d’Evry ayant statué que le scénario dit « sans accord » celui que La Poste impose lorsque aucun accord local n’est signé par les OS est ’illicite », et que dans ce cas de figure l’accord de 1999 (Accord du temps de travail) s’applique et doit s’appliquer en l’absence d’accord local, confirmé par l’article 20 de la loi du 20 août 2008.

Nous invitons le personnel avec la section syndicale Cgt d’Annecy CDIS, d’utiliser cette possibilité lors de prochaines négociations locale.