Congés à l’UIC : la position de la Cgt

La CGT dénonce la décision scandaleuse et inacceptable de la direction de l’Unité Interventions Clients Alpes de supprimer pour des raisons d’économie la possibilité de prendre des congés du 15 mai au 30 juin 2006.

Alors que dans tous les médias s’étale la performance de France Télécom , classée 3ème entreprise française pour la générosité de sa rétribution de ses actionnaires (+ 119,79% en 2005), ce serait une nouvelle fois les salariés qui devraient faire les frais de cette prodigalité et des choix économiques désastreux de nos dirigeants, qui eux n’oublient pas de sa gaver en stock options.

Cette annonce faite à tout le personnel de l’Unité Interventions Clients sans aucune concertation préalable avec les représentants syndicaux montre de plus encore une fois le mépris des dirigeants de France Télécom envers les instances de représentation du personnel .

La direction se parjure également en reniant sa signature d’un accord local qui mentionne clairement le droit d’aller jusqu’à 30% de l’effectif en congé par service de cette unité.

Si la direction persiste dans cette ignominie, la CGT demandera que l’inspection du travail soit saisie pour faire respecter l’engagement et la signature de France Télécom.

Alors que le personnel de France Télécom souffre de plus en plus sous le poids du plan NEXT, venant après le plan TOP , s’attaquer maintenant à un droit le plus élémentaire , le droit au congé, constitue une véritable déclaration de guerre de la part de la direction.

La CGT dénonce également les pressions faites par la direction auprès des entreprises privées sous traitantes pour que celles ci obligent leurs salariés à prendre leurs congés durant cette période du 15 mai au 30 juin au mépris des droits et des condition de vie des salariés de ces entreprises.

Les élus CGT du Comité d’Établissement de la Direction Régionale Alpes ont déjà dénoncé à plusieurs reprises auprès du président du Comité d’Établissement cette pratique de la précarisation de l’emploi par la sous traitance des activités et l’emploi abusif de CDD et temporaires.

Les élus CGT demandent qu’une expertise soit diligentée par le Comité d’Établissement sur ce sujet pour faire toute la lumière sur le recours abusif à la sous traitance.