Élections CE : La CGT demeure première organisation syndicale

La CGT demeure première organisation syndicale avec 28,65% !

Fidèle à sa démarche, elle entend respecter le vote des salariés et le traduire dans la mise en place des CE et du CCE.

Ce résultat intervient dans un contexte de grands bouleversements opérés par France Télécom :

  • évolution énorme du salariat par l’intégration de filiales, part de plus en plus importante des salariés de droit privé et des cadres (+ 3500) dans les effectifs,
  • réorganisations et restructurations qui se succèdent, conduisant à des changements de métiers, à l’éloignement des lieux de décision, à des pertes de repères,
  • pressions énormes sur les salariés, management par la peur, crainte de l’avenir.

Pas de grandes évolutions dans le paysage syndical :

Résultats par rapport à 2005 : CGT : 28,65% (- 3,17%) ; SUD : 24,73% (- 2,21%) ; CFDT 20,34% (+ 1,01%) ; FO : 12 ,17% (- 0,69%) ; CFTC : 6,92% (+ 0,86%) ; CGC : 6,60% (+ 4,3%) ; Autres : 0,58% (- 0,12%).

La CGT, la CFDT et la CFTC retrouvent une influence comparable à celle des élections au Conseil d’Administration de 2000. La CGC progresse fortement. L’érosion de SUD et de FO se poursuit.

Par leur participation massive au scrutin (74,56%), les salariés ont confirmé leur attachement à la démocratie sociale.

Le syndicalisme de luttes et de conquêtes au cœur de la campagne

France Télécom n’aura eu de cesse de multiplier les manœuvres visant à affaiblir le syndicalisme de contestation, de proposition, de lutte, de rassemblement, de négociation incarné par la CGT.

Celles-ci ont été relayées par certaines organisations syndicales, qui ont ajouté dénigrement, démagogie, et accusations mensongères de dernière minute particulièrement à l’égard de la première organisation.

Ce n’est pas un hasard dans un contexte où la CGT et ses élus ont assumé leur responsabilité dans la mise en place des premiers CE et CCE dans l’histoire de l’entreprise, faisant le choix de travailler la proximité et avec l’objectif de répondre aux attentes diversifiées des salariés.

C’est au moment où France Télécom accélère sa politique de destruction des emplois et des activités de proximité, qu’elle décide de diviser par deux le nombre de CE et de réduire fortement le nombre d’élus. Pour ce qui la concerne la CGT ne s’y résoudra pas.

Proximité, efficacité, démocratie, solidarité : la CGT entend relever le défi

Forte des 26 637 salariés qui ont voté CGT, de la présence de ses militants et syndiqués dans le secteur des activités postales et de télécommunications, de sa première place dans 10 CE sur 19, de ses 89 élus titulaires dans les CE, de ses 16 élus au CCE…, la CGT va s’engager plus intensément pour être au plus près de tous les salariés. Elle mettra tout en œuvre pour créer les conditions du rassemblement et de la mobilisation les plus larges des salariés afin de :

  • combattre les choix néfastes de l’entreprise et imposer une autre répartition des richesses,
  • conquérir les emplois nécessaires au service public,
  • gagner les investissements nécessaires au développement du réseau fibre optique jusqu’au domicile, des services et des contenus,
  • obtenir l’ouverture de négociations sur les salaires, les conditions de vie et de travail, le financement durable des ASC.

En rejoignant la CGT, les salariés renforceront leur vote et leurs luttes pour gagner.

Montreuil, le 12 janvier 2007