En direct du CE DTCE du 17 février 2010 – Les Activités Sociales et Culturelles :

Lors de cette séance, ont été revotées les différentes aides pour partir en vacances.

Rappel des propositions initiales de la CGT :

Voyages, week-end, séjours avec une aide conséquente pour l’ensemble de la famille, et continuité du sur abondement des dossiers chèques-vacances.

Les décisions de FO, CFDT, CGC et SUD :

FO, CFDT, CGC et SUD avaient voté CONTRE ces propositions, et POUR leurs propositions qui excluent les ayants-droit, contrairement à ce qui a été écrit dans un tract partisan d’une organisation « rebelle et révolutionnaire »…

Interpellés par la CGT, les élus de ces organisations ont reconnu que les familles devaient bien être effectivement aidées pour leurs vacances… et sont donc revenus sur leur vote…

Mais le résultat n’est toujours pas à la hauteur !

En effet, les nouvelles propositions votées par CGC, CFDT, FO et SUD (soit 10 pour et 6 CGT contre), avec 10 à 50 € supplémentaires par ayant-droit selon les QF, limitent manifestement l’aide pour les familles !

La CGT a formulé une proposition alternative: une aide supplémentaire de 50 à 150 € selon QF par ayant-droit pour les séjours (150 centres de vacances dont une dizaine à l’étranger), une aide supplémentaire de 13 à 120 € selon QF par ayant-droit pour les remboursements sur facture, et l’organisation de 6 à 8 voyages aidés selon QF et de plusieurs week-end également aidés au QF.

Vote de cette proposition : 6 pour (CGT) et 10 contre (CFDT, CGC, FO, SUD).

Comme lors de la séance précédente, n’ayant pas été suivi par les autres élus CGC, CFDT, FO et SUD, ces propositions CGT ont une nouvelle fois été repoussées.

C’est maintenant aux salariés de continuer à interpeller les élus et organisations syndicales qui ont pris ces responsabilités de distribuer une aide minimaliste en opposition à une véritable aide qui permet alors AUX FAMILLES d’avoir de VÉRITABLES VACANCES.


Un autre point ASC était à l’ordre du jour, l’utilisation du reliquat 2009 ;

La CGT a proposé d’en utiliser une partie par l’attribution de 20 € en chèque-lire à chaque salarié, ET pour marquer le coup à l’occasion de la journée internationale de la femme, le 8 mars, d’en dédier une autre partie en offrant à chaque salarié un ouvrage littéraire choisi avec des professionnels et ayant pour thème la défense du droit des femmes.

Mais il faut croire que le chemin qui mène les jeunes filles soumises à devenir des femmes libres, responsables et respectées est de tous temps semé d’embûches, celles-ci ayant pris à cette occasion la forme d’un vote négatif des élus SUD, FO, CFDT et CGC…

Alors que l’occasion était de circonstance, les propositions de la CGT ont été encore une fois écartées et ces mêmes élus ont décidé d’allouer aux salariés des chèques-vacances variant de 10 à 60 € selon le QF…

La redistribution directe de la contribution patronale FT semble être désormais la règle au CE DT Centre-Est, ce que combattra, avec ses moyens, la CGT !

Un CE peut et doit contribuer à l’enrichissement et l’épanouissement intellectuel des salariés.

Un CE peut et doit jouer un rôle émancipateur en encourageant le débat, l’échange, le respect, le droit à la différence, et la lecture reste un élément le favorisant parmi d’autre.

Un CE ne peut ni ne doit être un palliatif à la baisse du pouvoir d’achat !

C’est aux salariés avec leurs organisations syndicales

de le revendiquer auprès des exploitants !

Aux salariés de le leur rappeler…