En direct du CE DTCE du 17 février 2010 – Les salariés souffrent toujours ! Aux actes !

En préalable à ce CE, la CGT a exhorté la Direction à passer aux actes et de laisser tomber les belles paroles…

Un cinquième collègue a décidé de mettre fin à ses jours depuis ce début d’année.

Les tentatives de suicide de deux collègues sur Clermont-Ferrand et sur Bourg en Bresse montrent qu’il ne suffit pas de décréter que le FT de demain ne sera plus le même que celui d’hier, pour que les salariés aillent mieux, comme par magie.

C’est dans ce contexte que l’ensemble des élus et RS ont demandé à la Direction de prendre ses responsabilités et de reconnaitre immédiatement le suicide de notre collègue Jean-Paul Rouanet en accident de service.

Ils ont adopté à l’unanimité une résolution en ce sens.

La DT a botté en touche en se défaussant sur la division VMF et l’Inspection Générale des Affaires Sociales…c’est beau le courage !

L’attitude FT est irresponsable, insupportable et irrespectueuse pour nos collègues.

Et les propos de Stéphane Richard, même s’il reconnait que les conséquences des fermetures de services et/ou de sites en terme de coût humain ont été sous-estimées, sont également révélateurs de l’état d’esprit de la direction au plus haut niveau :«… Il faut que l’environnement professionnel que nous fournissons à nos salariés ne soit plus une cause de désespoir. Ça peut être une cause de souffrance, il faut pouvoir la traiter.. ». Quel cynisme !

La CGT a exigé de la DTCE de concrétiser ses engagements sans attendre, ceux-ci demeurant pour l’heure au rang de simples déclarations de bonnes intentions :

  • L’emploi doit redevenir la priorité dans les négociations d’autant plus avec la mise en place du Temps Partiel Séniors
  • Il y a besoin d’actes forts des directions locales pour que le changement sur le fond annoncé par la direction générale devienne perceptible au quotidien sur le terrain
  • Les engagements pris en direction des actionnaires doivent être revus à la baisse.
  • Tout ce qui est générateur de stress doit être revu ou banni (challenges, écoutes, objectifs, etc.)
  • Le management doit évoluer et être basé sur la confiance.
  • La prévention primaire doit être la priorité
  • L’entreprise doit faire des efforts particuliers envers les salariés déjà en souffrance pour qu’ils ne basculent pas dans le désespoir.
Le DRH du Groupe réaffirme depuis un mois à chaque réunion plénière des négociations nationales que le temps des négociations locales est venu. Pourtant les Directions Territoriales continuent à donner leurs ordres aux directions d’établissement et ne semblent toujours pas disposer à donner les marges de manœuvres nécessaires à convertir les bonnes intentions en actes concrets.

La CGT a exigé que la Direction Territoriale donne des directives claires aux DUO pour que les négociations avancent positivement pour les salariés dans les unités.

Assez de paroles, des actes concrets !