En direct du CE DTCE du 29 mars 2010 – Fonctionnement et organisation du Service Santé au Travail

La CGT a remercié les médecins pour leurs actions auprès du personnel et partage leurs conclusions.

Celles-ci mettent en évidence l’insuffisance des moyens accordés SST, confirmant ainsi les nombreuses interventions des élus CGT.

Quelques exemples :

  1. 23 cabinets dont 16 ne permettent pas d’assurer un accueil conforme et de qualité.
  2. aucune précision sur la date de mise en conformité…
  3. des salariés et les acteurs du SST qui subissent les conséquences de la politique immobilière…
  4. des conditions de travail ne permettant pas un fonctionnement satisfaisant du SST.
  5. toujours pas d’information sur les arrêts de travail supérieur à 21 jours, d’où la difficulté d’assurer les visites de reprises
  6. toujours pas d’Intervenant Prévention des Risques Professionnels
  7. pas de prise en compte du rôle des médecins en tant que conseillers de l’entreprise
  8. limitation du rôle des médecins dans le curatif

Dans le contexte de l’entreprise aujourd’hui, les élus CGT ont émis un avis défavorable sur ce dossier, et ont exigé que le fonctionnement du service de santé au travail, placé sous la responsabilité de l’employeur, permettent à tous les acteurs de la santé au travail d’exercer leur prérogatives dans des conditions conformes aux exigences d’un SST de qualité, tant pour les acteurs que les bénéficiaires du SST.