Ma vie avant tout

En direct du CE DTCE du 29 mars 2010 – Les femmes et les hommes qui font l’entreprise sont à privilégier !

Après le très fort mécontentement des salariés exprimé lors des élections régionales, l’ampleur des manifestations et de la mobilisation du 23 mars est un nouvel avertissement adressé au gouvernement et au MEDEF.

Cette mobilisation s’est traduite par de nombreux arrêts de travail dans le privé comme dans le public avec la participation de plus de 800 000 manifestants.

Alors que la dégradation des conditions de vie et de travail est amplifiée, par les effets d’une crise dont ils ne sont en rien responsables, l’ensemble des salariés, dont bien entendu ceux de la DT Centre-Est, revendiquent des mesures en faveur de l’emploi, des salaires et pensions, la promotion des Services Publics, et sur les retraites, un financement garantissant la retraite à 60 ans, les pensions à 75% et la prise en compte de la pénibilité.

L’entreprise tarde à se ré-humaniser malgré les drames qui se poursuivent et la mobilisation des salariés…

Pourtant les annonces ne manquent pas, elles font les titres de l’Intranoo : 6000 managers sensibilisés aux risques psychosociaux, des RH de proximité plus nombreux et plus à l’écoute, la vie des vendeurs plus soft avec une application qui leur facilite la vie et leur fait gagner du temps, une nouvelle organisation de l’entreprise…

Mais dans le même temps, aucun renforcement du Service de Santé au Travail, alors que les assistantes sociales sont sollicitées pour garder le contact avec les salariés éloignés de l’entreprise, sollicitées pour aider les personnes en difficultés, sollicitées par les managers de proximité qui n’arrivent plus à gérer l’humain et les objectifs qu’on leur impose, sollicitées par les collègues qui ont de plus en plus de mal à boucler les fins de mois (il est noté dans le rapport le constat d’une réelle baisse des quotients familiaux).

Face à cette situation sociale, la CGT estime que FT devrait présenter aujourd’hui un tout autre dossier avec des moyens conséquents pour permettre un suivi efficace des salariés, donner les moyens de privilégier les temps d’échange.

Les rapports des médecins et leurs conclusions attestent eux aussi une nouvelle fois de la gravité de la situation : morceaux choisis : « nous ne constatons pas vraiment pour les salariés fonctionnaires d’amélioration dans le fonctionnement de la médecine de contrôle et des affaires médicales », « …les RH d’unités ont été trop souvent vécus comme de stricts relais de mise en œuvre de la politique de l’entreprise occupés à redéployer les salariés vers des métiers prioritaires, à contribuer à la réduction des effectifs et à respecter les contraintes budgétaires des rémunérations… »

Comme les médecins, la CGT a depuis longtemps alerté la DTCE sur ces constats, et il ne s’agit pas seulement de changer le vernis mais changer l’entreprise en profondeur pour redonner toute sa place à l’humain !

La place à l’humain, c’est la reconnaissance des femmes et des hommes qui font l’entreprise, et l’entreprise en a les moyens : les dividendes ont été multipliés par 4 en 6 ans !

Et privilégier les actionnaires en leur distribuant des dividendes supérieurs aux bénéfices, tout en baissant dans le même temps la participation, ce n’est pas ce qu’attendaient les salariés !

La journée d’action du 23 mars a traduit la détermination des salariés à gagner sur leurs revendications.

La CGT continuera de proposer d’autres initiatives de mobilisation à toutes les organisations syndicales dès les prochaines semaines pour imposer une autre politique à tous les niveaux.

Les salariés attendent un signal fort venant de l’entreprise ; la CGT a exigé une prime d’intéressement équivalente à un mois de salaire pour tous les salariés, et un minimum de prime exceptionnelle de 2500 €, y compris pour les salariés non soumis à l’intéressement.