Fin de Carrière : le mur

Le 15 décembre 2006, l’ensemble des organisations ont quitté la séance face à l’attitude de la direction qui n’a jamais eu l’intention de négocier quoi que ce soit.

La direction répond : « fin des négociations »

Encore une fois la direction fait table rase des acquis sociaux et refuse d’entendre les attentes fortes des salariés. Après l’annonce de la non reconduction du dispositif du CFC qui prend fin au 31 décembre 2006, la dénonciation du dispositif soutien et appui, France Télécom voulait semer l’illusion sur le fait qu’elle négocie quelque chose qui en prendrait le relais.

Dans les faits, il ne s’agit que d’un vulgaire temps partiel de fin de carrière, sur deux ou trois ans, regroupé ou non, indemnisé 70% ou 75% pour un mi- temps.

La formule d’un regroupement permettant au mieux un départ anticipé un an avant l’age de la retraite.

Imposons une autre répartition des richesses !

La CGT réaffirme qu’il est urgent et nécessaire que d’autres choix soient opérés de façon à réorienter l’utilisation des richesses produites par le travail des salariés, pour relever dès maintenant les défis, en investissant dès 2007 dans les moyens humains et matériels qui s’imposent au sein de France Télécom.

La CGT le réaffirme, il y a de la place pour tout le monde au sein de l’entreprise France Télécom, il y a même de la place pour un recrutement massif en emploi stable et qualifié.

Tract aménagement fin de carrière