La CGT soutient la lutte du peuple grec

La CGT soutient la lutte du peuple grec et une délégation était présente lors de la manifestation du 5 mai.

La situation en Grèce, aujourd’hui, demain en Espagne, au Portugal, en Irlande, en France… doit plus que nous interpeller. Elle nécessite la mobilisation de tous les peuples. Les grecs le démontrent avec force; ils refusent d’être sacrifiés sur l’autel des profits et d’abandonner leur souveraineté nationale au FMI et à la BCE.

Le soutien à la lutte engagée par le peuple grec doit aller bien au delà du devoir de solidarité.

D’autant que le plan de secours et les 750 milliards d’€ débloqués en faveur des marchés auront des conséquences terribles sur les salaires, l’emploi, les services publics.

Des mesures analogues, à celles infligées au peuple grec sont déjà engagées au Portugal, en Espagne et en Irlande.

En France, la réforme des retraites rentre dans cette logique de rigueur, « elle est même la clé pour ne pas perdre la note triple A (mesure européenne des déficits publics) que donnent les agences de notations » précise l’expert A. Minc conseiller de Sarkozy.

Il n’est pas anodin que la réforme des retraites soit la « mère de toutes les réformes » pour certains. Et les tentatives du gouvernement de diluer le débat, multiplier les diversions et jouer la dramatisation des déficits ne doivent rien au hasard. Il s’agit de susciter la panique et la résignation face aux dogmes libéraux.

Mettre les profits avant l’humain, est un dogme de l’Europe libérale.

C’est au nom de l’Europe du capital, que les gouvernements saignent les peuples pour continuer d’enrichir les marchés financiers et les spéculateurs.

Par une mobilisation déterminée et massive, les salariés, les travailleurs (à opposer à l’oisiveté des actionnaires) imposeront la réquisition et la redistribution de la fortune amassée par une élite aux intérêts opposés aux besoins des populations.