Le management par la peur

France Télécom : Réorganisation des Unités Réseau et des Directions Régionales

Malgré le refus par les différents Comités d’Établissement des réorganisations en cours, la Direction Générale appuyée par les toutes nouvelles Directions Territoriales ont décidées de passer en force. Les collègues directement impactés doivent se positionner sur les postes proposés d’ici à début septembre. Pendant la période de vacances. Entre 20 et 25 personnes dans les UI et entre 30 et 40 personnes à la DR sont concernées.

Cette réorganisation s’accompagne de contraintes et d’absence d’étude inacceptables.

  • La centralisation de tous les postes dits supports à Grenoble sans que la plus value de ce regroupement soit établie (quid de la net compagnie et de la possibilité de travailler à distance ? Quid des compétences de chacun ?).
  • La diminution drastique du nombre de poste et donc la non prise en compte de certains travaux dans la nouvelle organisation.
  • L’absence de proposition alternative pour chaque salarié.

En fait, tout se passe comme si la Direction utilisait les réorganisations pour obtenir le départ de l’entreprise d’un nombre important de salariés.

D’autant plus que ces réorganisations s’accompagnent d’une véritable propagande (appelée PEM, plateforme d’efficacité managériale !!!) dont le but avoué est de nous culpabiliser, de nous faire partir quelque soit notre investissement, notre travail, nos compétences. Propagande dont les outils principaux sont la peur et l’individualisation de chacun face au rouleau compresseur mis en place par des décideurs parisiens bien à l’abri derrière leurs stocks options .

Nous savons tous, nous vivons tous, tous les jours la désorganisation mis en place dans tous les établissements, dans tous les services depuis plusieurs années et dont le seul but est de dégager des dividendes pour les actionnaires. Le client ? Il n’existe plus que comme vache à lait, tout juste bon à payer, à faire rentrer du cache… Le salarié ? Il n’existe plus que comme un boulet pour l’entreprise, tout juste bon à se recycler ailleurs.

Ne nous laissons pas faire ! Ne restons pas chacun dans notre coin, en regardant les Scud qui tombent sur la tête de nos collègues. Le prochain est pour nous ! C’est la première fois que l’entreprise supprime des postes et ne propose rien aux salariés qui les occupaient. Si ce n’est la fonction publique, l’essaimage, des nominations dans d’autres résidences, voire le licenciement pour ceux qui sont en CDI.

De l’argent, il y en a ; du travail, il y en a ; pour réorganiser vraiment les processus de travail, pour satisfaire les clients, pour développer du chiffre d’affaire. Il n’y a pas qu’un chemin possible pour développer notre entreprise ; surtout, il n’y a pas que le chemin des stocks options et des plus-values boursières. Nos dirigeants passés et actuels ont déjà montré leurs capacités à se tromper, à planter financièrement l’entreprise, à ne pas savoir anticiper (leur étonnement devant le développement de la voix sur IP est stupéfiant – dix années que nous en parlons !).

Concrètement, nous sommes, pour développer l’action, prisonnier de l’été et des absences liées aux vacances. Mais nous allons dès aujourd’hui contacter toutes les autres organisations afin de prévoir une résistance et une riposte dès la rentrée. De plus, nous conseillons à toutes les personnes impactées aujourd’hui par ces projets, de se rapprocher de leurs élus, notamment des Délégués du Personnel afin de préparer dès la rentrée la riposte adaptée à cette réorganisation, tant sur le plan individuel que sur le plan collectif.

Tract réorganisation à FTSA