Les âneries de la refondation

L’analyse du questionnaire lancé le 19 septembre par le cabinet d’expertise Technologia et auquel ont répondu 80.000 des 102.000 salariés présente « une photo sans concession, mais sans surprise », a reconnu la direction.

« Il y a une prise de conscience à un moment donné, d’un ensemble de signaux, diffus, permanents, qui interpellent l’entreprise mais aussi les organisations syndicales » a souligné Carole Froucht, présidente du comité de pilotage paritaire chargé de l’audit sur le stress. (La Voix du Nord du 14 déc 2009)

Des signaux diffus? La CGT devrait être interpellée? Mais de qui se moque-t-on?

Depuis combien d’années la CGT crie le mal-vécu et la souffrance à FT/Orange?

Quelques cris parmi tant d’autres : En 2005, la CGT écrivait (voir l’article), après avoir rappelé les 3 suicides de juillet 2004 :

« Une telle politique de management est désastreuse pour les personnels mais aussi pour l’avenir de France Télécom. Aucune entreprise ne peut imaginer construire son avenir avec un personnel démotivé.. »

En 2008, le syndicat CGT Fapt-74, après avoir appelé et recueilli des témoignages accablants auprès des camarades, des collègues dans chaque région, chaque département de France, écrivait (voir l’article) sous le choc :

« La médecine du travail, les CHSCT, les syndicats, les agents font ce qu’ils peuvent pour repérer, signaler, accompagner ces collègues en détresse. Mais en ont-ils réellement les moyens ? »

et encore :

« Pour avancer sereinement sur ce dossier, nous demandons un audit à France Télécom sur les évolutions des conditions de travail, d’hygiène et de sécurité durant les 10 dernières années, et, que dans cet audit, les médecins de travail soient entendus, dans le plus strict anonymat, pour éviter les pressions, les censures de la part de la direction. »

Quelle a été l’attitude de la direction?

Rien. Aucune réponse. Mutisme complet. Pourtant la direction savait.

Et maintenant?

Nos dirigeants, après avoir réussi en 2001 l’exploit mémorable d’emmener en peu de temps un FT/Orange florissant au bord d’une quasi-faillite ont également fait preuve de leur grand savoir-faire en conduisant le personnel droit dans la rupture sociale.

On peut se relever d’une faillite en retroussant ses manches, les salariés de FT/Orange l’ont montré, mais d’une rupture sociale? Rien n’est moins sûr, surtout quand la direction garde ses œillères bien attachées.