Modulation du temps de travail

La Poste, avec la mise en place de « Facteur d’avenir », a imposé et va imposer* à tous la sécabilité.

Ce procédé inacceptable, autrefois appelé « Marguerite », a permis et va permettre* à La Poste de compresser davantage la masse salariale, dégradant de manière certaine nos conditions de travail et accentuant la pénibilité du travail des postiers.

En effet, en nous obligeant à passer plus de temps sur les travaux extérieurs et en augmentant le volume du courrier emporté, La Poste a aggravé l’état de santé tant physique que psychique de ses agents.

De plus, elle se donne bonne conscience en nous faisant grâce de quelques RTT ! La CGT ne cesse d’expliquer aux salariés que ces RTT, nous les payons deux fois : tout d’abord en effectuant une durée hebdomadaire de travail supérieure à 35 heures et ensuite, en réalisant la sécabilité.

Cependant, La Poste n’en a pas assez ! Utilisant une fois de plus le prétexte de la crise et d’une éventuelle baisse de trafic, qu’elle affirme être «considérable», elle veut culpabiliser les facteurs en leur faisant croire à l’indispensabilité d’une sécabilité accrue qui, en fait permet de nouveaux gains de productivité, démesurés et intolérables.

►ASSEZ DU TRAVAIL GRATUIT !!

Dès le mois de décembre, La Poste supprime la période dite «forte», pour laquelle la sécabilité devait être suspendue. Alors que cet été, la sécabilité a été imposée (6 semaines minimum, plus les périodes de CA imposé, les RC …), et elle s’est appliquée tous les jours.

Allons-nous continuer longtemps à travailler gratuitement une partie de notre temps ?

Pour la CGT, la réponse est NON !

Surtout que dans le même temps, La Poste envisagerait la suppression des périodes fortes pour les années à venir et, mettrait en place la sécabilité sur 12 semaines et demie pour les bureaux organisés avec 2 jours faibles et 16 semaines pour ceux, qui disposent de 3 jours faibles.

La CGT, depuis longtemps, alerte le personnel et les usagers; aujourd’hui la pression monte d’un cran et la situation est des plus graves. Nul ne doute que pour La Poste, la sécabilité va devenir le seul mode de gestion et qu’elle voudra à court terme l’établir toute l’année.

►SUBIR SANS REAGIR ?

Certainement pas !

Les réorganisations incessantes : «Facteur d’avenir», sécabilité, tri dans le sens de la tournée du facteur (TG 4), tout un arsenal pour supprimer des emplois, détériorer nos conditions de travail et de vie, mettant en péril notre service public.

De plus, lors des anciennes organisations, le nombre de Congé Maladie et d’accidents étant élevé (certaines tournées effectuant 46 à 53 heures semaine) La Poste à l’époque évoquait  » des situations dégradées ». Aujourd’hui la réponse est la chasse aux Congés Maladie, ce qui revient à dire  » pour ne pas voir la température cassons le thermomètre ».

Pour réinventer la productivité, pardon, le Courrier, rien ne vaut les vieilles recettes éprouvées, dont La Poste a le secret.

Pour la CGT l’assurance d’une grande qualité de service et l’amélioration des conditions de travail passent obligatoirement par l’emploi.

Dans un tel contexte, la CGT, qui ne cautionne ni la casse de l’emploi, ni la modulation du temps de travail, ni les heures supplémentaires, ne peut en aucun cas signer des accords sur le temps de travail qui vont à l’encontre de l’intérêt des facteurs, des postiers et des usagers.


* Les bureaux devant passer en Facteur d’avenir ou devant être réorganisés.