Santé au travail à La Poste : La CGT tire le signal d’alarme !

La presse fait largement état d’un courrier du syndicat des médecins du travail de La Poste très critique sur les entraves à leurs missions et l’aggravation de la situation vécue par les postiers.

Ce courrier ne donne que plus de poids aux multiples alertes de la CGT, des organisations syndicales et du personnel de ces derniers mois. La dernière en date était un courrier de la Secrétaire Générale de la Fédération au Président de La Poste le 31 mai pour exiger une nouvelle fois des négociations à La Poste sur les revendications.

La réalité vécue par les postiers est la conséquence des orientations stratégiques décidées par La Poste et le gouvernement, sur la base des orientations de la commission européenne, le seul objectif étant la réduction de 20% des « coûts », c’est-à-dire des emplois et des salaires au mépris des obligations de service public, des conditions de travail, de la santé et des droits des postiers.

La CGT tire le signal d’alarme : La Poste doit enfin se décider à entendre ce que disent les organisations syndicales, les postiers, les médecins, au risque de prendre la responsabilité de situations de plus en plus dramatiques. Elle doit ouvrir des négociations sur la base des exigences portées dans les nombreuses luttes locales et nationales, à savoir :

  1. l’arrêt des réorganisations qui suppriment les emplois, dégradent les conditions de travail et le service public rendu,
  2. les emplois nécessaires à la mise en place d’organisations du travail qui permettent de meilleures conditions de travail et respectent la santé des postiers,
  3. l’amélioration des droits et garanties collectives des postiers et la revalorisation des salaires,
  4. le maintien des CHSCT de proximité et des prérogatives conformes au droit du travail.

La Poste doit dégager des moyens pour cela, ce qui suppose une autre répartition des richesses pour les postiers et le service public postal, et notamment pour l’utilisation des 2,7 milliard annoncés par le gouvernement.