Solidarité avec les médecins du travail

Avant toute chose, la CGT tient à exprimer sa solidarité au Dr Morel, suite à sa démission en tant que médecin du travail à France Télécom.

La politique de France Télécom qui pousse de nombreux médecins à démissionner est révoltante à double titre:

  • D’une part, parce que l’entreprise après avoir mis de nombreux salariés dans une position dramatique, entrave la mission des médecins du travail et met ces médecins dans une situation inacceptable.
  • D’autre part, parce que l’ensemble du personnel souffre de la situation créée par l’entreprise et a un immense besoin de prévention.

C’est donc à ce double titre que la CGT regrette que Dr Morel ait été contrainte de prendre cette décision.

Pendant des années, France Télécom est resté dans le déni.

Les mouvements de revendications et de protestations, les mobilisations des élus du CE le 11 juin 2009, puis du personnel en septembre, octobre, novembre ont permis de briser le mur du silence.

L’entreprise ne peut plus nier le problème. Mais elle cherche à s’en tirer tout en garantissant les revenus des actionnaires, donc en continuant la course aux gains de productivité qui sont à l’origine des méthodes de harcèlement, pressions, mutations d’office et autres méthodes que nous regroupons sous le terme de management par la terreur.

Ces méthodes touchent toutes les catégories de personnel aux différents niveaux hiérarchiques.

Notre objectif depuis le début est de proposer au personnel de passer de la souffrance à la résistance pour s’attaquer enfin aux causes de cette situation délétère.

L’ensemble des médecins, comme les organisations syndicales, alertent depuis longtemps, notamment au travers du rapport annuel qu’ils ont signé en commun.

C’est pourquoi la CGT a proposé l’organisation d’une table ronde réunissant:

  • Les médecins du travail
  • les assistantes sociales
  • les infirmières
  • les organisations syndicales

L’objectif est d’obtenir une expression publique des acteurs des services de santé au travail et du service social, après l’échange entre participants, et de progresser sur l’identification des causes de la situation et comment changer les choses.


PS: Nous remercions le Dr Morel de nous avoir donné l’autorisation de faire état de son courrier.