Stéphane Richard a convaincu… les financiers !

Pour le journal des finances, le 9 juin, à l’assemblée générale : « Devant une salle du palais des congrès bien remplie le nouveau directeur Général de France Télécom à réussi son baptême du feu » !!!

Bien évidemment, les actionnaires n’ont pas boudé leur plaisir et ont voté « des deux mains » la résolution prévoyant le versement des dividendes à 1,40€ par action (le solde de 0,80€ étant payé le 17 juin).

Ces derniers se sont même permis de siffler et de huer abondamment la résolution du CCUES lue par une élue qui dénonçait entre autres la baisse des investissements et mettait en garde contre la volonté de maintenir l’objectif de cash flow pour 2010 et 2011 à 8 Mds €, risquant d’hypothéquer l’avenir de l’entreprise.

De son côté la CGT par une distribution de tract aux participants de l’AG dénonçait :
« Le versement de 3,6 milliards d’euros de dividendes aux actionnaires pour l’année 2009 pour un résultat net de 2,99 milliards alors que France Télécom connaît une crise sociale sans précédent et est touchée de plein fouet par la crise économique. »

Cette volonté de verser les dividendes promis à tout prix, en puisant dans ses fonds propres prive l’entreprise de sa capacité à investir et ainsi de participer à l’effort de relance nécessaire en période de crise.
Elle ne permet surtout pas de libérer les moyens nécessaires en termes d’emploi et d’amélioration des conditions de travail pour sortir de la crise sociale.

Les investissements (CAPEX) ont chuté de près de 18 % l’an passé ; pour atteindre un niveau de 8 % du CA au premier trimestre. Cette baisse des CAPEX contribue pour plus de moitié au plan d’économie d’un milliard cinq lancé lors d’orange 2012.