CHSCT UI Alpes – Travailler à Cluses, c’est possible !

Limiter les risques psychosociaux, limiter les risques routiers et les problèmes de pollution de l’air spécifiques à la Vallée de l’Arve, limiter les frais de déplacements à la charge des salariés, répondre à leurs souhaits tout en prenant en compte les besoins de l’entreprise, tel est la teneur du projet de relocalisation des salariés, avec des possibilités de travail à distance sur Cluses, proposé par la CGT.

Si les effets néfastes des mutations forcées ne sont plus à démontrer (bon nombre de salariés sont en souffrance et certains en arrêt), le retour sur Cluses reste une urgence.

La Direction a semblé réceptive au projet CGT puisqu’elle va demander budget et emplois sur des activités « 42C » et « Tigre » pour du travail déporté de Grenoble vers Cluses.

Un appel à candidatures sera lancé avant la fin de l’année.

Une réflexion sera menée avec l’UAT et la DT pour étudier les possibilités de déporter du travail d’Annemasse sur le site de Cluses.
Pour la CGT, une étroite collaboration avec le CHSCT de l’UAT est indispensable pour compléter ce projet.

Déporter à Cluses des activités d’assistance en « front office » comme le 1013 ou le 1015, ou en back office comme le « 1013.fr » sont possibles techniquement et humainement.

Avec ce dossier, on s’aperçoit que lorsque les salariés se mêlent de leurs affaires, en argumentant et en revendiquant, des solutions peuvent voir le jour !