Déclaration préalable CGT au CE de la DTCE du 27-01-2011

Tout d’abord il est encore temps de présenter nos vœux aux délégations réunies lors de cette séance. Santé et bonheur pour chacune et chacun d’entre vous.

Le début d’année a été marqué par l’absence inhabituelle de la CGT aux vœux du Président de la République. Cet évènement remarqué dans tous les médias marque l’ampleur du déni du dialogue social par le Président de la République et de son gouvernement.

Nous souhaitons en ce début d’année que les hommes et les femmes de ce Pays réapprennent à s’indigner, comme l’exprime Stéphane Hessel dans son succès de librairie « indignez-vous ! », s’indigner pour mieux pouvoir résister.

Comment ne pas s’indigner lorsque l’on voit la publication du décret d’application de la loi sur les retraites, rejeté par plus de 70% de la population, qui intègre des éléments qui n’ont même pas été présentés aux partenaires sociaux ; On peut légitimement se poser des questions sur le fonctionnement de notre démocratie.

Un de ces éléments est particulièrement choquant, celui de la prise en compte de la pénibilité : Il faudra donc justifier d’un taux d’incapacité de travail d’au moins 20%, dont 10 % relevant d’un seul et même AT /MP et avoir été exposé pendant 17 ans à des conditions de travail pénible pour pouvoir bénéficier d’une retraite à 60 ans. Ces critères sont tellement contraignants qu’aucun salarié ne pourra bénéficier d’un départ anticipé à 60 ans. C’est donc l’assurance maladie qui devra prendre en charge ces salariés cassés par des années de travaux pénibles.

Après l’Europe ou avec l’Europe ce sont aujourd’hui les pays du Maghreb qui sont touchés par la crise, crise financière, crise de pouvoir avec une question centrale celle du partage des richesses.

La CGT exprime sa solidarité avec nos collègues tunisiens, en lutte pour leur dignité, leurs libertés individuelles et leurs droits sociaux. Si nous prenons acte des dispositions que l’entreprise prend pour la sécurité de nos collègues tunisiens, la responsabilité sociale de France télécom va bien au delà et pose la question du rôle et de la place de France télécom dans ce pays comme dans beaucoup d’autres.

Ainsi la stratégie d’acquisitions externes du groupe France, stratégie financière, visant à trouver de nouveaux relais de croissance conduit à des situations telles que la création d’une coentreprise (Orange Tunisie) avec un des gendres du dictateur en fuite. (sans oublier la version plus discrète des plateaux TELEPERFORMANCE y travaillant pour FT-Orange ! )

Pour la CGT aucune dégradation des conditions de travail, où que ce soit, n’est acceptable du fait des conséquences du contexte Tunisien. Nous souhaiterions que soit porté à notre connaissance les conséquences de la fermeture des plateaux tunisiens (9% des flux) sur nos collègues de l’UAT.

Il est plus que temps d’utiliser les richesses issues du travail autrement que pour l’exploitation des peuples, la mise en concurrence entre les salariés.

L’urgence aujourd’hui c’est bien de replacer les femmes et les hommes au centre des décisions politiques et économiques.

C’était aussi le discours de notre ancien directeur général Didier Lombard en octobre 2009 : «  il faut mettre l’humain au cœur de notre organisation, créer des environnements de travail où chacun pourra s’exprimer, être entendu et écouté. »

Au mois de décembre la CGT vous interpellait pour alerter sur le retard pris dans la mise en œuvre de ces déclarations et les dangers que cela pouvait engendrer notamment en terme de RPS.

Les dossiers à l’ordre du jour de ce CE donnent le sentiment que tout va bien. Pourtant lorsque l’on en discute dans les services la réalité est tout autre.

Sur les heures supplémentaires et complémentaires on apprend que l’outil actuel ne permet pas de répondre aux demandes de la Direction Régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l’Emploi.

Un outil au niveau national est en cours d’élaboration et sera opérationnel au T4 2011. Depuis des années les chiffres annoncés sont donc approximatifs, de nombreuses interventions de la CGT auprès des inspections du travail, les ont amenés à interpeller FT sur l’utilisation abusive des plans d’urgences dans les UI. Ces abus permettent de sortir du quota légal de 90 H les heures supplémentaires effectuées, bon moyen pour les dissimuler, et masquer ainsi les emplois manquants. Alors que l’entreprise n’est pas en capacité à ce jour de communiquer aux inspections du travail un relevé individuel des heures supplémentaires réalisées, dans votre dossier, vous parlez d’imposer un volume d’heures supplémentaires, curieusement cette décision de l’entreprise survient après avoir élargi les heures d’ouvertures de nombreuses boutiques sans pour la plupart adapté les effectifs.

Travailler encore et toujours plus…

Sur le dossier concernant le service de santé au travail, vous souhaitez un recueil d’avis, or le dossier ne prend pas en compte la démission du Dr Guinchard. Cette démission intervient suite à un CHSCT de l’UI Lyon où le Dr Marin a lu une déclaration au nom du Dr Guinchard au sujet de l’agression dont a été victime un technicien d’intervention. Cette déclaration faisait état de l’alerte des médecins du travail sur la dangerosité des expertises menées par nos techniciens avec des opérateurs concurrents. La direction de l’UI Lyon nous a signifié, lors de la préparation de l’ordre du jour du CHSCT suivant, qu’elle attendait une autre attitude des médecins (intervention constructive en termes de proposition), et qu’elle rencontrerait les médecins pour s’en expliquer.

Bien que nous n’ayons pas eu de retour sur cette intervention et que la décision du Dr Guinchard ne soit pas en corrélation avec ces faits, nous dénonçons cette ingérence dans le rôle des médecins du travail.

Sur le dossier du PSDI, nous tenons à souligner que, grâce à la demande d’expertise du CE RSI, le bail rue du Four à Chaux a été reconduit pour une durée de trois ans et maintient l’activité d’Orange sur le site, évitant ainsi un redéploiement des activités sur le reste du périmètre Lyonnais.

Sur le dossier de commercialisation de l’offre OPEN, une seule ligne au sujet du stock de réclamations qui a dépassé les 7000 dossiers et qui serait sous contrôle (SIC) mais rien sur les conditions de travail notamment engendrées par ces retours de dossiers. C’est sans doute la transparence affichée par le nouveau France Télécom…

La réalité que vivent les salariés au sein de l’entreprise est encore à cent lieux des déclarations faites par nos dirigeants.

Le quotidien des salariés de FT c’est aussi la nécessité de faire face aux augmentations de ce début d’année, nous n’en dresserons pas la liste. Début 2010 dans notre déclaration préalable nous demandions l’ouverture de négociations sur les questions du salaire et du pouvoir d’achat. Depuis un engagement avait été pris par l’entreprise pour un minimum d’augmentation de 500 euros sur l’année. Cela s’est traduit par une mesure tellement inéquitable que la direction a décidé de revoir le mode de calcul pour l’obtention de la prime.

Cependant cette mesure ne se traduit que par une prime ponctuelle et qui dans son nouveau mode de calcul reste encore profondément injuste. C’est pourquoi nous vous remettrons à midi des requêtes pour demander l’attribution de 500 € pour tous et l’ouverture immédiate de négociations salariales.