Déréglementation du temps de travail, c’est non !

A force de supprimer des emplois, France Télécom n’arrive même plus à faire fonctionner ses services.

Plutôt que de recruter des jeunes à temps plein, comme le propose la CGT, la direction cherche à faire avaliser par les comités d’entreprises l’étalement des périodes de congés ( du 1er mai au 1er octobre et du 1er décembre au 15 janvier) et veut réduire à 15% le taux d’effectif pouvant y prétendre.

Cette décision provoque la colère des agents. Ils étaient plus de 200 le 24 mars devant la DR Auvergne le jour où ce projet passait au CE pour demander le maintien des acquis.

La mobilisation grandit dans plusieurs DR, le 14 avril une action est menée en DR Val de Loire sur un projet similaire, elle doit s’élargir, sans attendre dans tous les départements.

De même, les actions se poursuivent dans les UIC contre la banalisation du travail du samedi et dans les plates formes d’appels contre la volonté de France Télécom de flexibiliser les horaires suivant les flux de clientèle. À Wanadoo, par exemple, les agents demandent l’embauche de 300 intérimaires.

Laisser un commentaire