Dialogue rompu au CE de la DTCE

Lettre ouverte à la Directrice de la Direction Territoriale Centre Est

Les drames vécus au sein de France Télécom ont créé un véritable électrochoc parmi le personnel. La médiatisation de ces évènements, la puissante mobilisation du personnel le 10 septembre par la grève, les rassemblements, les distributions de tracts aux usagers ainsi que les nombreuses réactions spontanées ont amené la Direction de France Télécom à rencontrer les organisations syndicales.

Les annonces de la Direction doivent se traduire par des mesures concrètes sur la Direction Territoriale. Des personnes sont en souffrance il faut des mesures d’urgence.

Combien de médecins, infirmières, assistantes sociales, RH de proximité vont-être embauchés, quand, et pour qu’elles missions ?

Secourir les victimes c’est urgent, mais prendre des mesures pour que cela ne se reproduise plus c’est essentiel.

Les services de santé au travail vous alertent depuis de nombreuses années sur la nécessité d’intervenir sur l’origine de la souffrance au travail (voir PV des CE sur le bilan des médecins). Le médecin du travail doit pouvoir remettre en cause une organisation si celle-ci présente des risques pour la santé des agents.

C’est pourquoi les élus et les organisations syndicales du CE de la DTCE demandent avant de traiter tout nouveau dossier au sein du CE que vous mettiez en œuvre :

  • L’arrêt des restructurations et des mobilités forcées en cours (RAI Clermont, Montluçon, Voiron…) et à venir.
  • L’arrêt des abus de prêts de compétence.
  • L’arrêt des pressions individuelles chez les cadres qui rejaillissent sur leurs équipes, des objectifs générateurs de stress sur les plateaux et dans les AD, de l’infantilisation, des écoutes multiples…
  • L’ouverture de négociations sur la pérennisation des emplois et la diversité des activités sur tous les sites du bassin CE. S- ur les UI, la reprise des activités, notamment l’environnement technique, l’arrêt de l’entre-aide, rompre l’isolement du salarié nomade, le respect des horaires de travail.
  • Un bilan humain, économique et comptable des restructurations précédentes (Vichy, UAT, CSRH, Cluses, etc.), les boutiques fermées ou déplacées, la centralisation des magasins dans les UI, l’environnement technique.
  • L’utilisation de la télé-activité (position de travail déportée) dans l’intérêt du personnel.
  • D’interpeller la DG pour de réelles négociations pour un accord sur les Séniors
  • La reconnaissance en accident du travail des suicides, tentatives de suicide et arrêt de maladie liés aux conditions de travail.

La Direction annonce l’ouverture de 5 chantiers de négociation. Son objectif étant de finaliser d’ici décembre. Ce sont :

  • l’organisation du travail
  • les conditions de travail
  • l’équilibre vie professionnelle – vie privée
  • les institutions représentatives du personnel
  • les règles de mobilité (d’ici fin octobre) La Direction se dit également prête à examiner les conditions d’amélioration des prises de congés. Sur la DTCE quand est-ce que nous allons aborder ces chantiers ?

Malgré votre habitude regrettable de ne pas répondre aux déclarations préalables aujourd’hui, celle-ci, commune à tous les élus et organisations syndicales, exige des réponses adaptées et immédiates, c’est un préalable à la poursuite de ce CE.

Déclaration des élus et RS du 24 septembre 2009

Les élus et RS du CE de la DT Centre-Est déplorent que les réponses apportées aux questions de la Lettre Ouverte n’apportent pas d’avancées significatives pour mettre fin à la souffrance au travail vécue au quotidien par les salariés de l’entreprise.

Malgré votre acceptation d’avoir traité le point que nous demandions à l’ordre du jour, force est de constater votre manque d’autonomie et de pouvoir de décision, malgré les objectifs démesurés qui vous sont imposés, pour donner et engager des mesures concrètes afin de supprimer la souffrance de nos collègues.

Pour ce qui concerne les problèmes propres à la DT Centre-Est nous aurions aimé des engagements plus fermes que de simples portes ouvertes.

C’est pourquoi nous ne siègerons pas à ce CE dont le dossier sur les orientations de la formation 2010 devrait être largement modifié pour tenir compte de la situation de souffrance constatée et des besoins adaptés que celle-ci impose.

Nous mandatons tous les CHSCT afin qu’ils examinent précisément les causes et les solutions à apporter à la souffrance du personnel de leur périmètre.

Dernière intervention avant de quitter la salle :

« … nous demandons une suspension de séance qui prendra fin quand nous aurons connaissance des mesures concrètes qui seront mises en œuvre sur la DT Centre-Est afin de supprimer la souffrance au travail des salariés de France Télécom. »

Dernière provocation : la Direction de la DTCE ignore la suspension de séance et continue seule le Comité d’Établissement…