En direct du CE DTCE du 14 décembre 2010 – Conclusion

Cette séance montre encore la confiscation des richesses au profit d’une minorité.

Quand, dans un contexte concurrentiel, en 10 ans, la production de richesses explose et que les milliards d’euros coulent à flots, la part des salaires dans cette richesse crée par le travail passe de 44 à 30% alors que celle des actionnaires suit la courbe inverse !

Inutile de dire que la CGT ne partage pas cette politique financière de court terme, où il n’y a toujours pas de vision à 3 ans de la stratégie de l’entreprise.

La CGT revendique cette visibilité, et continue de revendiquer une autre répartition des richesses au service de trois choses :

  1. la création de milliers d’emplois nécessaires dans tous les services où la dégradation des conditions de travail et le besoin de qualité de service l’exigent, les 200 emplois sur la DT Centre-Est étant loin d’être suffisants, il suffit de le demander aux salariés.
  2. la reconnaissance du travail par une augmentation générale mensuelle des salaires fixes de 10%
  3. la relance des investissements nécessaires pour le développement du très haut débit sur tout le territoire ; là encore, la concurrence et la réglementation ont bon dos, puisqu’elles servent à l’immobilisme général, sauf encore une fois les rémunérations des actionnaires.

Pour sa part, la CGT considère que l’année 2011 sera une année lourde de risques pour l’emploi et l’entreprise !

Dans chaque unité, portons nos exigences en termes d’emplois, de formations, de conditions de travail et d’investissement.

Dans ce contexte les salariés auront besoin de l’unité d’action des Organisations syndicales telle qu’elle a existé dans le conflit social sur les retraites pour défendre efficacement leurs intérêts. C’est en tout cas le choix de la CGT !

Rassemblés et ensemble, les salariés peuvent imposer d’autres choix !