En direct du CE DTCE du 14 décembre 2010 – Le père Noël n’est toujours pas passé!

Pour le dernier CE de l’année, la CGT aurait souhaité faire une déclaration de plusieurs pages pour reprendre toutes les avancées réalisées dans le nouveau France Télécom… mais les cadeaux sont encore pour les mêmes…

Si les restructurations ont certes considérablement ralenti, pour le personnel, le changement tarde à venir :

  • sur le service de santé au travail, malgré l’embauche de deux nouveaux médecins et une nouvelle sectorisation, le service n’est toujours pas conforme à l’agrément !
  • sur les AD, les extensions d’horaire se sont faites pour la plus part sans effectif supplémentaire
  • sur l’égalité professionnelle homme femme, toujours très peu d’évolution
  • sur la formation, il y en a eu moins par agent
  • sur la restauration collective, il y a eu hausse des tarifs
  • sur les UI, les plans de crise à répétition ont générés des heures supplémentaires défiscalisées au détriment de l’emploi
  • face aux intempéries exceptionnelles, de nombreux salariés se sont vu défalquer un jour de congés ; la seule largesse concerne ceux ayant pu venir travailler, ils n’auront pas à récupérer leurs retards éventuels, quelle générosité !
  • les mesures annoncées sur la refonte des indices terminaux de la catégorie B sont toujours aux abonnés absents

La liste est hélas loin d’être exhaustive (retraite, Sécu, etc.), et il n’est donc pas étonnant que le personnel soit toujours en souffrance ! La CGT a interpellé la Direction en ce sens !

La réalité du terrain, ce sont des budgets toujours en baisse en ce qui concerne les salariés, et des dividendes aux actionnaires toujours en hausse !

Ce que le personnel attend de l’entreprise, ce n’est pas de la communication mais des actes concrets qui changent leurs quotidiens, comme ne pas sanctionner celles et ceux qui n’ont pas pu venir travailler le mercredi 1 décembre, comme embaucher beaucoup plus pour permettre aux salariés d’effectuer leur travail sereinement, comme reprendre tous les dossiers TPS dans les unités et les accompagner de primes équivalent à 24 mois de salaires, comme accorder de la souplesse pour les journées de veille des fêtes, comme…il y a tant à dire…et à faire!