En direct du CE DTCE n°22

Après la séance du 5 novembre, les élus étaient convoqués à une nouvelle séance extraordinaire du Comité d’entreprise, ce 14 novembre, avant celle du 25 novembre prochain.

Faire siéger les élus de façon de plus en plus permanente pour nous annoncer les mauvaises nouvelles est une façon d’extraire les militants syndicaux du terrain et donc de la proximité des salariés, et devient chaque jour de plus en plus inacceptable.

C’est pourtant bien dans les services et avec le personnel que l’opposition à cette politique de contrainte permanente, de suppressions d’emplois, de dégradation de la vie au travail doit se développer !

Les élus CGT ne le feront pas à la place des salariés mais bel et bien avec eux.

Tout cela est possible et devant nous !

Ceci d’autant, et la CGT l’a dénoncé en début de séance, que le Président LOMBARD, le même qui déploie une politique systématique de chasse des salariés de l’entreprise, a déclaré sans pudeur que travailler à FT-Orange était une chance qui se méritait.

La CGT a également dénoncé la confiscation faite par France Télécom des 18 millions d’euros du budget de la restauration.

Trop c’est trop !!!

À l’ordre du jour de la séance extraordinaire du 14 novembre :

  • Plan de formation 2009 : La CGT a voté contre ce plan de formation qu’elle assimile à un outil au service des suppressions d’emplois
  • Modification des horaires du 118 712 d’Aurillac : La Cgt invite les salariés à s’opposer à cette politique qui installe de plus en plus la mono activité sur les petits sites, ne permettant pas aux salariés en difficulté de pouvoir changer de métier sur place !
  • Projet de nouvelle Sectorisation du service de santé au travail : La CGT a voté contre ce nouveau projet, car elle demande le maintien du médecin embauché à l’issue de son CDD
  • Embauche d’un médecin du travail : Si la CGT accueille avec une certaine satisfaction l’arrivée de ce jeune médecin, elle ne peut que s’élever contre la précarité du contrat proposé et continuera à exiger la prolongation de son contrat en CDI, indispensable au maintien et l’amélioration de la qualité du suivi médical des salariés

En direct du CE DTCE n°22