En direct du CE DTCE n°23

Ce n’est pas la crise pour tout le monde !!!

La CGT a mis en parallèle la garantie par le Président LOMBARD d’un dividende de 1,3 euro pour les actionnaires et le plan ACT consistant en 22000 suppressions d’emplois, 10 000 mobilités et 6 000 recrutements côté salariés.

Les emplois, alors que la charge de travail est bien réelle, sont comblés par de la sous-traitance pour de nombreux métiers des emplois précaires et des gains de productivité à haute dose.

Les mobilités, pour l’essentiel forcées, tant géographiques que fonctionnelles, ont bouleversé le quotidien et la vie familiale de milliers d’entre nous. La CGT déplore que plus de 23 000( !) salariés aient « vécu » une mobilité au cours de l’année précédente. C’est deux fois plus que ce que prévoyait FT, il y a donc quelques « fossoyeurs » qui ont bien fait leur travail…

La CGT a, une nouvelle fois, dénoncé cette stratégie dogmatique de « réduction des coûts » pour une rentabilité immédiate toujours croissante, quitte à affaiblir l’entreprise en la vidant de son intelligence et de son savoir-faire. Ce sont encore et toujours les salariés qui paient le prix fort de ce plan de casse de l’emploi, par leur temps, leur argent et leur souffrance !

Cette philosophie de l’économie de marché est au cœur de la crise sociale et économique, et sans une mobilisation massive et durable contre cette financiarisation, les actionnaires pourront espérer encore de beaux dividendes à venir !

Alors que le DRH du Groupe estime que les effectifs de sous-traitance (hors logistique, ménage, gardiennage…) sont passés de 9000 à plus de 25 000(soit l’équivalent du quart des effectifs de France Télécom en France !), la CGT a rappelé les luttes multiples et légitimes, souvent occultées par les directions, pour notamment le maintien et le développement en interne des activités et des emplois de proximité.

Pour la CGT, la question d’une autre répartition des richesses est incontournable !

Redonner du pouvoir d’achat à ceux qui travaillent, créer en interne des emplois stables, qualifiés et reconnus, investir massivement dans la production et l’exploitation d’un réseau fibre optique, moteur de perspectives nouvelles pour les salariés de France Télécom.

L’argent existe, comme le montre les 18,9% de rentabilité pour les actionnaires de France Télécom (3eme rang de rentabilité pour les actionnaires en France), dont le montant global des dividendes représente annuellement l’équivalent de 20 000 euro par salarié.

Pour illustrer les dommages collatéraux de cette politique destructrice, la CGT évoqué le cas d’une collègue n’étant plus dans aucun service depuis 3 ans, (en longue maladie suite à une dépression causée par un responsable autoritaire et harcelant), et pratiquant la course à pied pour reprendre confiance en elle. Évoquant son vécu et son responsable, cette collègue rapporte : « …je ne veux pas revivre l’enfer dans lequel il m’a mise, je préfère mourir que de revivre çà… »

Il faut que cela cesse !!!

Pour la CGT, c’est clairement par l’action massive et unitaire des salariés pour la réponse à leurs revendications, qu’ensemble nous contraindrons la direction à faire l’impasse sur le versement de dividendes aux actionnaires et ainsi changer de variable d’ajustement.

En direct du CE DTCE n°23