GIPA: le miroir aux alouettes

La « garantie individuelle de pouvoir d’achat » (GIPA) mécanisme mis en place à la suite de signatures ultra minoritaires
en début d’année (23,2 % de représentativité) va être versée aux agents concernés à partir du mois de septembre.

Rappelons que la GIPA est calculée à partir d’une comparaison, au bout de quatre années consécutives, entre l’évolution
du traitement indiciaire brut et l’évolution de l’inflation. La première mise en œuvre, en 2008, intervient au titre de la période courant du 31 décembre 2003 au 31 décembre 2007.

Au-delà du fait que la GIPA traduit la reconnaissance, par le gouvernement, de l’état désastreux des rémunérations des fonctionnaires, le déclassement et la smicardisation de la grille indiciaire, ce mécanisme est particulièrement dangereux
pour l’avenir car il entérine le fait que c’est l’avancement qui constituerait le moyen principal de maintien du pouvoir d’achat. La pérennisation de ce système conduirait à la disparition du principe même de la carrière.

De surcroît, il est loin de corriger la réalité des pertes enregistrées puisqu’il se résume à une comparaison entre les deux dates extrêmes d’une période de quatre années et que, par conséquent, il annule les éventuelles périodes intermédiaires de fortes pertes.

Sans compter l’énorme décalage dans le temps -pertes depuis 2003 très partiellement compensées 5 ans plus tard !

La CGT a exigé que la GIPA ne soit que transitoire et que les causes –et pas seulement les effets- soient traités, ce qui implique une rénovation complète de la grille indiciaire.
Or, les ministres n’ont cessé de répéter que « le point indiciaire n’a pas vocation a assurer le maintien du pouvoir d’achat », ce qui augure mal de la réalité de leurs intentions concernant aussi bien la grille que le niveau d’ensemble des traitements des fonctionnaires !

L’UGFF a mis à disposition, depuis le début de l’année, sur son site internet, un calculateur qui permet à chacun(e) d’une part de savoir s’il (ou elle) est concerné(e) en 2008 et d’autre part de savoir à quel rattrapage il (elle) aurait droit si une véritable indexation était en place.

www.ugff.cgt.fr