La « sécabilité » on n’en veut pas!

À la Distribution du Courrier on veut garder la notion de titulaire de tournée, à chaque facteur son quartier.

Sans doute les dirigeants de La Poste en inventant la tournée « sécable » et la sécabilité se sont-ils cru bien inspirés, comme lorsqu’ils ont inventé le « facteur du 3e millénaire » ou encore le « Facteur d’avenir » ! Mais leurs idées font de moins en moins recette.

Si certains agents ont cru éviter le pire, en récupérant quelques promotions (depuis longtemps méritées) à défaut d’empêcher la mise en place de « Facteur d’avenir » dans leur service, ils ont bien vite déchanté. Car le prix à payer avec les « tournées sécables » s’avère bien plus élevé que prévu pour tout le personnel (avec ou sans promotion).

De nombreuses luttes ont eu lieu dans les services avec la mise en place des restructurations dues au projet « Facteur d’Avenir » et ce n’est pas fini. La Poste a même était condamnée dans le Loiret à ce sujet. La position de La Poste sur le respect des procédures est d’ailleurs largement sujette à caution, encore plus depuis la sortie de la loi du 20 août.

Des pétitions circulent dans le Pas de Calais contre la « sécabilité », la Fédération a aussi édité une pétition sur les Normes et Cadence quelle vient de relancer contre la « sécabilité ». Cette pétition sera déposée le 2 avril lors du CHS-CT national courrier qui a pour ordre du jour cette question. Des négociations s’ouvrent, c’est le moment pour les postiers de se faire entendre.

Le 23 septembre dernier, les facteurs ont saisi l’occasion de la journée nationale d’action unitaire contre la privatisation de La Poste pour affirmer dans la lutte leur opposition au plan « Facteur d’Avenir ».   Ils ont récidivés le 29 janvier en étant nombreux dans l’action et aux rassemblements et manifestations dans toute la France.

Pour la 2e journée nationale d’action, le 19 mars, qui se prépare, les raisons ne manquent pas pour une large participation de la profession et du personnel de la distribution pour une suite à la grève historique du 29 janvier.

Mais les facteurs ne restent pas l’arme au pied, ils se battent, en Côte d’Or, dans le Pas de Calais , dans le Maine et Loire et dans d’autres départements et empêchent les tenants de la flexibilité à aller aussi loin qu’ils le veulent en remportant des succès pour améliorer les conditions de travail, défendre l’emploi et le service public.