Les postières et les postiers demandent le maintien du service public

Renforcer l’unité de La Poste
par le développement de la complémentarité de ses activités en tout lieu du territoire pour mieux répondre aux attentes de l’ensemble des usagers particuliers et professionnels ; par le développement des partenariats avec d’autres opérateurs publics dont des opérateurs postaux européens ; ce sont des propositions que porte la CGT pour maintenir et développer les missions du service public postal.

Elles s’opposent à la stratégie de La Poste qui, depuis des années, au travers de la métiérisation et de multiples restructurations (CQC, Facteurs d’Avenir, Terrain, Enseigne, La Banque Postale, Coliposte …), ne cessent de séparer ses activités, avec comme conséquence la mise en concurrence des services. La séparation physique de la distribution et des guichets se traduit concrètement par une dégradation du service public et des conditions de travail pour les uns et pour les autres !

Revaloriser les salaires avant tout !
L’actionnariat salarié est un leurre. C’est un outil du capital utilisé contre les salaires. En aucun cas c’est une réponse aux besoins d’augmentation des salaires. C’est un facteur d’individualisation de ceux-ci.

Pour satisfaire les appétits boursiers, la marge opérationnelle doit à tout prix être augmentée : en clair cela passe par la réduction massive des effectifs, la diminution des coûts salariaux. Les postiers ont besoin de réelles augmentations de salaires qui seuls participent au financement de la sécurité sociale, des retraites.

Les privatisations des entreprises publiques ont surtout permis à leur PDG de bénéficier d’une augmentation vertigineuse de leurs revenus. On comprend l’enthousiasme de Monsieur Bailly.