Plan NExT contre l’emploi

Adroitement présenté comme le moyen de relever le défi de la concurrence, selon des termes identiques à ceux présentés à nos collègues des autres opérateurs, le plan NExT risque fort d’amplifier les effets du plan TOP dont la nocivité a conduit à ce jour à la suppression de 20.000 emplois et la publication d’un best seller sur la souffrance au travail au sein de France Télécom.

Et ce ne sont pas les « bravo à tous » ou « sans vous rien n’est possible » qui doivent occulter les véritables objectifs de nos dirigeants qui se félicitent d’avoir rendu avec 6 mois d’avance 15 Milliards d’€ au marché et ne voient en France Telecom qu’une société devant faire des profits.

Chaque jour démontre que de tels objectifs sont incompatibles avec les intérêts des salariés et de la population puisque toute évolution technologique est exploitée non pas comme un vecteur de progrès social mais comme une simple machine à cash et à réduire les emplois. Bercy lui-même vient d’ailleurs de reconnaître que depuis 1996 la facture du petit consommateur résidentiel avait augmenté de 29%.

Il est donc légitime d’affirmer que les dirigeants de France Télécom ne doivent pas avoir le monopole des choix effectués.