Préavis de grève à l’UI le 13 juin

La fédération CGT-FAPT dépose un préavis de grève de 24 heures pour la journée du 13 juin 2013, couvrant l’ensemble des personnels des UI du Groupe France Télécom quels que soient leurs statuts.

Ce préavis se situe dans le cadre des actions des 4 et 17 avril et dans le prolongement du 28 mai, jour de l’AG des actionnaires.

La situation économique et sociale en France, comme en Europe, ne cesse de se dégrader sous les politiques d’austérité mises en œuvre dans tous les pays. D’autres alternatives existent, les dix propositions de la CGT y contribuent. Elles doivent être prises en compte, aussi par l’entreprise France Télécom/Orange.

Cette journée doit exprimer l’exigence d’une autre répartition des richesses créées par le travail. Une des préoccupations des personnels des UI c’est à court terme, la pérennisation des activités et de la transmission des compétences.

C’est dans ce sens que la direction a la responsabilité, et les moyens, de répondre aux besoins des personnels, dont les revendications portent notamment sur :

L’emploi :

  • Le remplacement de tous les départs ;
  • L’embauche des salariés précaires et alternants ;
  • La ré internalisation des activités et des emplois, avec le rapide développement de la fibre ;
  • La création d’emplois en CDI à temps plein pour répondre aux besoins identifiés dans chaque service.

Le pouvoir d’achat :

  • La revalorisation de toutes les grilles indiciaires et de salaires sur la base d’un SMIC à 1 700€ brut et, pour les cadres, sur la base du plafond de la Sécu (3 086€ brut) ;
  • L’attribution d’un 13ème mois ;
  • Un véritable dispositif de déroulement de carrière transparent par l’accès à la promotion
  • Le rattrapage promotionnel de tous les salariés sous positionnés ;
  • Une égalité salariale hommes/femmes sur la base du « à travail égal salaire égal »
  • La revalorisation de la participation de l’employeur à une mutuelle et son élargissement aux fonctionnaires.

L’amélioration des conditions de travail :

  • L’arrêt immédiat de la mise en œuvre des boîtiers de géolocalisation ;
  • Un nouveau mode du portail Orange sur la tablette ;
  • La réouverture des négociations sur les conditions de travail ;
  • La reprise des négociations pénibilité et des mesures spécifiques pour le service actif ;
  • Une organisation du travail qui mette l’humain au centre des choix.

Des droits nouveaux d’intervention pour les Organisations Syndicales, un droit de veto suspensif aux restructurations, suppressions d’emploi… et une réelle prise en compte des projets alternatifs présentés par les organisations syndicales.