Réponse à Laurence Parisot

Laurence Parisot, présidente du Medef, s’est livrée hier à une violente charge contre la mobilisation unitaire du 19 mars et plus particulièrement contre la CGT.

En considérant les grèves et les manifestations de demain, qui s’annoncent d’une ampleur exceptionnelle, comme empreinte « de démagogie et d’illusions », la « patronne des patrons » confirme son incapacité à comprendre ce qui bouge dans la société française et les 75 % de Français qui soutiennent cette mobilisation.

En cherchant à porter le discrédit sur la CGT, accusée d’être « responsable de la fermeture d’entreprises », la présidente du Medef tente désespérément d’échapper aux critiques à l’égard d’un patronat sourd face aux revendications et avocat permanent d’un système économique où les salariés sont les principales variables d’ajustement.

Cette tentative de diversion appelle une seule réponse : une grande journée de mobilisation interprofessionnelle et unitaire et un renforcement de la CGT.

Montreuil, le 18 mars 2009