Sale temps pour la démocratie

Massacre à l’hémicycle : une majorité de députés, frondeurs ou opposants, réduits au silence à coup de 49,3.

Faut-il qu’il soit mauvais, et impopulaire, ce projet de loi Macron, pour que Manuel Valls ressorte une vieille pétoire remisée aux fins fonds des placards de Matignon pour l’imposer par la force !!

Il est vrai que vu son contenu, faire le choix de voter pour cette loi n’était pas de très bon augure pour les députés désireux d’ être réélus lors d’élections ultérieures.

On se demande bien ce qui pouvait les chifonner….

Est-ce la banalisation du travail le dimanche ?
Ou bien l’exclusion du créneau de 21hà 24h du cadre du travail de nuit ?
Ou encore l’atteinte au droit du travail par la remise en cause des prud’hommes ?

A moins que ce ne soit la suppression de la liberté de décision de l’inspection du travail, et donc de son indépendance vis a vis de son ministère.
Ainsi que le choix de convier désormais les organisations patronales (sujettes à contrôles et à sanctions) à participer à l’élaboration de ses orientations et priorités ?

UN CADEAU SOMPTUEUX FAIT AU PATRONAT !

Et ne parlons pas du coté ubuesque de certains aspects de cette loi fourre-tout (postiers transformés en examinateurs du permis de conduire, par exemple).

La méthode choisie (le 49.3)est à l’image de la loi :
brutale, autoritariste, dénuée de toute vision à long ou même à moyen terme.

Brutalité, autoritarisme et vue basse… On dirait du Gattaz !
Décidément la lune de miel entre notre bon 1er ministre et le MEDEF n’est pas encore terminée, hélas !

Il est grand temps d’y mettre un frein en faisant entendre la voix des salariés !

Une bonne raison pour sortir prendre l’air le 09 avril prochain !!