Tous les salariés ne travailleront pas le lundi de Pentecôte

Le gouvernement n’a pas su gérer la crise sanitaire lors de la canicule de l’été 2003.

Et malheureusement, il n’a pas trouvé mieux, en s’en prenant une nouvelle fois aux salariés, que de financer le plan de solidarité aux personnes dépendantes par la suppression d’un jour férié : le Lundi de Pentecôte.

Mais, sous la pression des salariés, de nombreuses entreprises hésitent de plus en plus à exiger cette journée de travail supplémentaire à leurs salariés.

À moins d’un mois du lundi 16 mai, Neuf Telecom, Shell, BASF, Mondial Assistance, TF1, ont déjà annoncé le maintien du férié le jour du lundi de Pentecôte.

La première tentative de négociation chez Total, le vendredi 8 avril, s’est terminée par une journée de grève, à l’initiative de la CGT et de la CFDT.

Alors à France Télécom ou à La Poste, est-il acceptable que le lundi de Pentecôte soit « un jour comme les autres » ?