UI : pour une action forte le 24 janvier

Avec la mise en place d’une stratégie basée uniquement sur les résultats financiers et les promesses de gras dividendes faits aux actionnaires, France Telecom fait le choix de la sous-traitance et de l’externalisation parce qu’elle a un modèle de gestion à court terme du réseau, dans le but de faire le maximum de profit.

  • Ce choix est exprimé dans le projet de sous-traitance de l’énergie des classes 4.
  • On le retrouve dans sa volonté de multiplier les zones blanches sans présence de techniciens de France Telecom au niveau des dérangements et de l’entretien des câbles. Ces zones se développent un peu partout en France.
  • On le retrouve aussi dans son choix de sous-traiter l’activité des gros répartiteurs.
  • On le retrouve dans la sous-traitance de l’entretien des relais mobiles, qui se développe de plus en plus en région.

Tout le monde est concerné !

Rien n’indique que l’entreprise s’arrêtera là. Au contraire, l’objectif de France Telecom est de sous-traiter toujours plus les activités techniques, pour arriver à une situation où toutes ces activités seraient externalisées. Oui, même les transmissions !

Car FT, sous la pression des plus gros actionnaires. Sa seule motivation c’est le profit maximum. Elle sait que la sous-traitance est une technique implacable pour tirer les salaires vers le bas. Car cela a un double effet :

  1. Premièrement cela permet d’étrangler le sous-traitant, et de tirer les prix vers le bas.
  2. Ces sous-traitants se retournent vers leurs salariés pour renforcer leur exploitation. De fait, les techniciens des sous-traitants sont :
    • Moins bien payés,
    • Sous la menace du licenciement s’ils revendiquent,
    • Moins syndiqués,
    • Plus « corvéables ».

À nous de nous battre pour notre avenir. Avec la CGT, luttons pour empêcher FT de vider ses services techniques et se transformer en une simple entreprise vendeuse de produits et de services de communications.

ÇA SUFFIT !

  • Ne laissons pas une poignée de financiers brader nos métiers
  • Après la mobilisation du 18 octobre et le 20 novembre, mobilisons-nous le 24 janvier et le 1er février contre la politique de France Telecom
  • Rassemblons nous dans l’action pour contester la casse des métiers techniques et des UI

Déjà dans certaines UI les collègues se mobilisent et agissent presque tous les jours

  • les techniciens des GIL de l’UIPCA UI sont dans l’action depuis 3 mois contre les externalisations : ils ne rendent plus les comptes rendus d’activité (GIN) ; la CA Boucle locale d’Avignon se bat depuis la mi-juillet sous diverses formes (rassemblements, pique-niques revendicatifs, délégations de masse, etc.) contre la délocalisation et le regroupement de toute la CA de l’UI sur Montélimar avec une mono-activité dangereuse sur ce site.
  • Les techniciens des GIL de l’UI Normandie ont signé massivement une pétition et sont venus interpeller leur directeur le jour d’un CHS-CT, le 21 décembre dernier
  • À l’UI Aquitaine les techniciens des GIL ont fait grève contre les restructurations des services.

Partout, avec la CGT et dans l’unité, faisons en sorte que les initiatives locales voient le jour.

Travaillons Tous Ensemble à préparer une action nationale forte des UI
pour exiger

  • L’arrêt des suppressions d’emplois et l’embauche de jeunes,
  • L’arrêt de la sous-traitance et la réappropriation des activités techniques,
  • L’arrêt des restructurations destructrices des emplois et de la santé des agents.
  • La création d’emplois pour assurer toutes nos activités et la maîtrise de notre réseau, ainsi que les technologies de demain.

Pour cela engageons nous massivement dans l’action les 24 janvier et 1er février, étapes dans la mobilisation des UI, afin d’assurer l’avenir de nos métiers, de nos salaires !

Tract UI