Vœux présidentiels 2008

VŒUX PRÉSIDENTIEL POUR 2008 :
« travailler plus longtemps, plus vieux, pour gagner moins »

À l’issue de la conférence de presse du le 8 janvier 2008, le Président de la République (et du « pouvoir d’achat…à 170% »), devait lors de cette conférence donner consistance à ce qui était annoncé comme la deuxième étape de sa Présidence.

À nouveau, les salariés apparaissent comme les grands oubliés, pour ne pas dire les grands sacrifiés de la rhétorique présidentielle.

Ainsi, la première priorité des salariés, celle du pouvoir d’achat, a été purement et simplement escamotée du discours liminaire du Président. Ce n’est qu’au détour d’une question que le Président a avoué son impuissance en la matière, prétextant le mauvais état des finances publiques dont il est pourtant le premier responsable.

Il a écarté toute augmentation du SMIC et argué son impuissance à formuler quelques orientations aux entreprises en matière de salaires (celles-ci pourraient être compréhensible : voir qu’un Président dont le salaire à été multiplié par trois, en est réduit à se faire « offrir (sponsoriser diront les mauvaises langues) ses vacances par des amis », devraient comprendre les problèmes de pouvoir d’achat de leurs salariés qui eux, ne peuvent se les financer).
L’ex-candidat du pouvoir d’achat a laissé place au Président de la rigueur sociale.

En cette période de hausses des prix tout azimut, les salariés ne peuvent accepter cette baisse programmée du pouvoir d’achat.

Concernant le temps de travail, le Président a annoncé son intention de voir en 2008 la fin des 35 heures (et la fin de la réglementation sur la durée hebdomadaire du travail ?) et réitéré pour la énième fois son slogan « travailler plus… »

Pour les salariés, tout confirme qu’il est grand temps de se faire entendre et de construire des mobilisations syndicales unitaires pour faire valoir leurs priorités revendicatives (n’attendons pas 40 ans, rendons cela possible).

La CGT fera des propositions en ce sens.